25 juin 2024

Report de la présidentielle: les dessous de la crise

5 minutes lues
Report de la présidentielle: les dessous de la crise

La décision-choc du président Macky Sall de reporter sine die la présidentielle du 25 février est une première dans l’histoire du Sénégal depuis l’indépendance. Voici des éléments de compréhension.

Un contexte chargéLe Sénégal a été en proie depuis 2021 à plusieurs épisodes d’émeutes, de pillages et de manifestations, provoqués par le bras de fer entre l’opposant antisystème Ousmane Sonko et le pouvoir. Ils ont causé la mort de dizaines de personnes et donné lieu à des centaines d’arrestations.
M. Sonko, visé par différentes procédures judiciaires qu’il a dénoncées comme autant de stratagèmes pour l’écarter de la présidentielle, a été inculpé et écroué en 2023 pour appel à l’insurrection, association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et atteinte à la sûreté de l’Etat. Son parti, le Pastef, a été dissous.
Le refus d’un troisième mandat de M. Sall a contribué aux tensions. Après avoir longtemps maintenu le flou, M. Sall a annoncé en 2023 qu’il ne concourrait pas.

Un processus contestéLe Sénégal est entré en période pré-électorale dans l’inquiétude de nouvelles violences. Le Conseil constitutionnel a validé en janvier vingt candidatures, mais éliminé celles de M. Sonko et d’une autre figure de l’opposition, Karim Wade. Les craintes de nouvelles confrontations ne se sont pas concrétisées. La diversité des candidatures a même été saluée comme un signe d’inclusivité.
Mais le rejet des dossiers de M. Wade et de dizaines d’autres prétendants, ainsi que la confusion sur le fichier électoral et autour du système des parrainages nécessaires pour être candidat ont suscité de multiples protestations.

Un scrutin indécis comme jamaisL’absence pour la première fois du sortant à l’élection et la multiplicité des candidatures annonçaient un scrutin ouvert comme jamais. Le candidat du camp présidentiel, le Premier ministre Amadou Ba, adoubé par M. Sall, a été publiquement critiqué par les siens, et faisait face à des dissidents.
M. Sonko a certes été disqualifié, mais, contre une attente largement répandue, le Conseil constitutionnel a retenu celui que son parti avait désigné, Bassirou Diomaye Faye, emprisonné lui aussi, mais pas condamné contrairement à son chef. M. Faye s’est imposé ces dernières semaines comme un postulant crédible à la victoire, un scénario cauchemar pour le camp présidentiel.

L’affaire WadeLe Conseil constitutionnel a disqualifié M. Wade parce que selon lui il était Franco-Sénégalais au moment de son dépôt de candidature, ce que M. Wade conteste. La Constitution interdit la double nationalité à un candidat.
M. Wade a lancé une campagne contre le Conseil constitutionnel, accusant deux de ses membres de collusion avec certains candidats, dont le Premier ministre. Il a réclamé le report de l’élection et porté le combat à l’Assemblée nationale, demandant une commission d’enquête et déclenchant une vive querelle sur la séparation des pouvoirs.
Contre toute attente, les députés du camp présidentiel ont soutenu la demande de commission, assurant ne pas vouloir que leur victoire souffre de contestation. L’Assemblée a approuvé la commission, alimentant la suspicion d’un plan ourdi pour ajourner l’élection et éviter la défaite.

Le rebondissement WardiniAvec le Conseil constitutionnel, c’est une institution capitale dont la légitimité est attaquée à un moment critique. Il proclame les résultats de l’élection et statue sur les éventuelles contestations.
Or quelques jours avant l’ouverture de la campagne ont été publiées sur les réseaux sociaux des informations selon lesquelles une autre candidate, Rose Wardini, avait elle aussi la double nationalité, alors qu’elle a été qualifiée. Elle a été placée en garde à vue vendredi.

Pourquoi cette élection importeLa présidentielle suscite un intérêt sans mesure avec celle d’un autre pays de 18 millions d’habitants, parmi les trente derniers au monde à l’indice onusien de développement humain, même si le Sénégal devrait commencer à produire des hydrocarbures en 2024.
Alors que les coups d’Etat se sont succédés ces dernières années en Afrique de l’Ouest, le Sénégal n’en a connu aucun, une rareté sur le continent. Américains et Européens vantent la stabilité et la pratique sénégalaise de la démocratie et de l’alternance. Le Sénégal a élu tous ses présidents au suffrage universel depuis 1963 et en a même changé par les urnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © BuzzTv Tous Droits Réservés.