21 juin 2024

Guy Marius Sagna : « La dissolution de l’Assemblée nationale est une obligation, une nécessité… »

3 minutes lues

Après la victoire de la coalition Diomaye-président lors de la dernière élection présidentielle, la question de la dissolution de l’Assemblée nationale a été agitée. Interpellé sur ce sujet lors de l’émission Jury du Dimanche sur les ondes de la 90.3, Iradio, Guy Marius Sagna pense que : « c’est une obligation, c’est une nécessité, parce que les réformes, les ruptures sur lesquelles Pastef et la coalition Diomaye-Président ont battu campagne, ces ruptures-là ne peuvent pas être apportées par des députés appartenant à des coalitions qui n’ont pas battu campagne sur ces mesures. Donc ces députés-là ne défendront pas, ne voteront pas pour ces ruptures que le peuple sénégalais attend. Donc nécessairement, c’est une logique, il faut aller vers des élections législatives pour que le peuple sénégalais dise ce qu’il veut ».

Par ailleurs, il faut noter que le Premier ministre Ousmane Sonko doit faire face dans les semaines à venir aux députés pour sa déclaration de politique générale. Ainsi, l’on se demande est-ce que la dissolution de l’Assemblée Nationale prônée par Guy Marius Sagna veut tout simplement dire que Sonko ne fera pas de déclaration de politique générale devant une Assemblée nationale où sa coalition est minoritaire ? « Non, absolument pas. Ce n’est pas ce qui est dit. D’ailleurs, le Premier ministre au Sénégal a maximum 90 jours pour faire sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée nationale. Je crois que dans ces 90 jours, il y a déjà 30 jours, d’accord ? Un peu plus de 30 jours qui sont déjà épuisés et il reste 60 jours. Vous conviendrez avec moi, qu’on ne peut pas du tout organiser des élections législatives en 60 jours. Donc, loin de la prétention de Pastef de dire qu’il n’y aura pas de déclaration de politique générale du Premier ministre Ousmane Sonko. Ce n’est pas du tout ce qui est dit », précise-t-il.

S’agissant de la motion de censure, il dit ne pas y réfléchir. « Je n’y réfléchis pas, je n’y pense pas, je n’éprouve aucune crainte. Je n’essaie même pas de me mettre en position de réfléchir sur s’ils vont l’utiliser ou pas. Et quand le Premier ministre ira à l’Assemblée nationale, ce qui arrivera est que le peuple sénégalais, qui en définitive est le souverain, est le seul souverain qui prendra une décision et saura quelle posture prendre en fonction de ce qui arrivera à l’Assemblée nationale. S’il y a une motion de censure, ce qui va se passer, c’est que le président Bassirou Diomaye Faye va nommer un nouveau gouvernement. C’est tout. En attendant qu’on organise d’autres élections législatives ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © BuzzTv Tous Droits Réservés.